Votre parti

Nos idées

Nos évènements

Réseau migration et intégration du PSE

Travail

Economie et finance

Environnement

Le PSE et le monde

Démocratie

Démocratie

Réseau migration et intégration du PSE

Le réseau migration et intégration du PSE a été créé en octobre 2010.

Il est coprésidé par l'eurodéputée Tanja Fajon (SD, Slovénie) et par la députée Nebahat Albayrak (PvdA, Pays-Bas). Le réseau se réunit trois fois par an et rassemble les membres du PSE, des représentants des institutions, des parties prenantes et des spécialistes des questions de migration et d’intégration.

La migration économique

Le facteur économique est l’un des principaux facteurs qui incitent les migrants à venir en Europe pour y trouver de meilleures perspectives d’emploi et conditions de travail. Du fait du vieillissement de sa population et de la chute des taux de natalité, l’Europe est confrontée à un défi de taille sur le plan du marché du travail et de la viabilité du système de sécurité sociale. Au vu de la pénurie de main-d’œuvre et de la migration effrénée des compétences et du savoir-faire, une migration économique bien gérée serait avantageuse pour les deux partenaires. L’Europe joue toutefois un rôle crucial dans la facilitation des flux migratoires entrants et sortants avec des permis de séjour accordant des droits et une protection équivalents à ceux des travailleurs européens afin d’éviter une exclusion des travailleurs.

Intégration et inclusion sociale

L’intégration doit être fondée sur le principe de l’égalité des droits et des obligations pour tous les citoyens. Pour une intégration réussie des migrants (migration en provenance de pays tiers et mobilité au sein de l’UE), il faut promouvoir une approche inclusive par l’éducation des enfants dès le plus jeune âge, la connaissance de la langue, l’accès à l’emploi, aux services sociaux et à la vie de la communauté, tout en rappelant leurs obligations à tous les citoyens.

Législation en matière de lutte contre la discrimination

La législation en matière de lutte contre la discrimination et la Charte européenne des droits fondamentaux doivent être mises en œuvre et respectées par tous les États membres. Ce principe doit s’appliquer à la fois aux citoyens européens qui circulent dans l’UE et aux ressortissants de pays tiers qui arrivent dans l’UE, en vertu du principe européen de libre circulation.

Politiques de développement

Pour mettre en place une stratégie durable, il est essentiel de favoriser le développement dans les pays d’origine des migrants. Il existe entre le développement et l’intégration un lien que l’on ne peut ignorer (cela s’applique aussi bien aux migrants économiques qu’aux réfugiés). Il faut offrir aux individus une chance de vivre décemment dans leur pays. L’UE peut jouer un rôle à cet égard, en investissant dans les pays d’origine afin de favoriser l’instauration de régimes démocratiques stables, d’économies viables et de politiques d’environnement durable.

Demandeurs d’asile

Les réfugiés sont des personnes qui sont contraintes à l’exil pour échapper à la guerre et à la torture, et qui cherchent à se protéger contre la persécution. L’Europe a le devoir, et l’obligation au regard du droit international, de leur accorder l’asile et de porter assistance aux personnes en danger tout en respectant les droits de l’Homme. Elle doit donc se doter d’une politique commune en matière d’asile afin que tous les réfugiés arrivant sur le sol européen puissent bénéficier d’une protection, d’une solidarité et de normes d’assistance égales. Les États membres doivent aussi faire preuve de solidarité entre eux en partageant les responsabilités de cette protection.

Un contrôle aux frontières ouvert mais géré

L’Europe ne peut pas fermer ses frontières (internes ou externes). Au lieu de cela, elle doit privilégier une approche commune des entrées/sorties afin de s’assurer que les personnes qui entrent dans un État membre de l’UE y entrent aux mêmes conditions et bénéficient du même traitement humain. Le contrôle aux frontières ne doit pas être envisagé comme une approche anti-migratoire mais plutôt comme un contrôle des flux migratoires. Si tous les pays d’Europe appliquent les mêmes règles et si la confiance entre les États membres est garantie, la libre circulation des individus conformément aux accords de Schengen ne doit pas être remise en question. En outre, le renforcement de l’approche commune à l’égard des frontières extérieures permettra d’empêcher les irrégularités sur le territoire européen, telles que les trafics, les réseaux criminels et la migration illégale.



What we are fighting for
Read the PES Common Manifesto for the European Elections 2014

Our Campaigns


In some countries as many as one young person out of two cannot find a job. We are calling for a European Youth Guarantee as a way to tackle youth unemployment.



Campaign info

5.7 million young people are currently unemployed in Europe and an additional 1.5 million are forced into precarious jobs. In some countries as many as one young person out of two cannot find a job.

The campaign “Your future is my future – a European Youth Guarantee now” is calling for a European Youth Guarantee as a way to tackle youth unemployment.

Campaign Material

  • Toolkit (EN)
  • PES guide on youth guarantee (EN)
  • PES appeal for a European Youth Guarantee (EN), (FR)
  • PES report: Combating Youth Unemployment (EN), (FR), (ES)
  • Factsheet on Youth Unemployment among Women (EN)
  • Campaign flyer (EN), (FR), (DE), (ES), (NL), (PT), (HU)

Campaign Video

Do you like this page?